LinkedIn office - Level 6 - Paris - Henri J Lyons - Agilite -Seek

Quel est l’aménagement optimal d’un bureau pour améliorer la productivité ?

Souvent, l’objectif principal de toute organisation est de tirer le meilleur parti de ses employés, en augmentant les niveaux de productivité pour atteindre les objectifs commerciaux à long terme. Les entreprises investissent donc beaucoup d’argent pour s’assurer que leurs lieux de travail offrent un retour sur investissement maximal, dans tous les sens du terme.

Cela dit, il est facile de perdre de vue ce qui devrait vraiment compter, dans la recherche du « facteur Waouh », en particulier si l’on conçoit un espace à partir d’une page blanche. En fait, l’une des erreurs les plus courantes que font les propriétaires – et les locataires – lorsqu’ils envisagent l’architecture d’un lieu de travail, est de créer le meilleur espace physique, en occultant l’importance de créer un environnement de travail optimal et mentalement stimulant.

Nous nous souvenons tous de l’ère du bureau individuel fermé, il y a de nombreuses années, avec des travailleurs enfermés dans des boîtes sans fenêtre, faîtes de cloisons en placo plâtre couvertes de tissus affreux. Heureusement pour nous tous, ces temps sont révolus.

Bien sûr, nous savons que les collègues productifs sont souvent ceux qui se sentent heureux et bien installés à leur poste – et cela dépend en grande partie de l’espace dans lequel ils travaillent, et de la disponibilité d’options adaptées aux différents types de travail.

Si la technologie, les outils de planification et les stratégies de concentration peuvent améliorer l’efficacité, nous savons également que l’aménagement des bureaux a un impact significatif sur le travail réalisé. Il doit donc être pris en compte régulièrement, en fonction de l’évolution des besoins et de la composition de la main-d’œuvre.

Chez RBA, nous ne comptons plus le nombre de fois où l’on nous a demandé de concevoir des bureaux « ouverts ». Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Un vaste centre d’appels avec d’interminables rangées d’opérateurs parlant dans leurs casques est, techniquement, considéré comme un espace ouvert, et rares sont les organisations qui le souhaitent, à notre époque.

Ce à quoi vous devriez penser, c’est à la diversité. Ron Friedman, expert en stratégie du lieu de travail, recommande d’identifier les types d’activités professionnelles des employés et de concevoir des espaces en fonction de celles-ci.

Par exemple, il pourrait y avoir de petits espaces personnels que les employés peuvent personnaliser selon leurs préférences, des espaces de convivialité pour la collaboration et la création de liens, et des « salles calmes » pour les personnes qui ont besoin de silence et de tranquillité.

Pour en revenir à l’open-space, le bruit est souvent l’une des plaintes les plus importantes dans tous les types de bureaux – et il est connu pour réduire la productivité, tout en étant lié à la maladie, à des niveaux de stress plus élevés, à une satisfaction professionnelle réduite et à d’autres effets négatifs. Les dispositifs d’absorption acoustique sont donc une excellente option. Mais si ce n’est pas le cas, le cloisenement ou la mise à disposition d’un casque anti-bruit sont de bons points de départ.

Si vous vous attaquez à un projet de grande envergure, voyez s’il est possible d’augmenter la hauteur sous plafond dans le cadre des travaux de construction. La science nous apprend que des plafonds plus hauts donnent un sentiment de « liberté » et offrent un espace propice à l’imagination et à la création – trois mètres étant la norme actuelle pour des résultats prometteurs.

Puisque nous parlons des sens, réfléchissez également à l’importance de la lumière naturelle et demandez-vous s’il est possible d’introduire des touches de design biophiliques. La beauté de la lumière du soleil et de la nature ? C’est évident et c’est prouvé, c’est un stimulant pour l’humeur. Et si vous pouvez faire entrer l’extérieur à l’intérieur, ça n’a pas de prix !

Recent posts

Categories

Archives