arb registered
RIBA Chartered Practice
Inscrits à l’Ordre des Architectes
Member of the IDeA Network
ISO 14001 certified
ISO 9001 certified

Alex Reid rejoint Arcadis pour discuter de Data Centers lors du MIPIM

« Quel est le mot de passe du Wi-Fi? »

C’est l’une des premières choses que nous demandons lorsque nous arrivons dans un bureau, un café ou un hôtel. Sans nous en rendre compte, nous dépendons fortement des datacenters pour fournir l’un des « services publics » que nous attendons de la vie moderne, au même titre que l’eau, le gaz et l’éclairage.

En septembre, notre cofondateur Alex Reid a été invité à participer à une table ronde, organisée par Arcadis, afin de « démystifier les datacenters » et d’examiner de plus près leurs références en matière de durabilité – un enregistrement qui a été diffusé lors du MIPIM, la conférence internationale annuelle du secteur immobilier.

Alex s’est joint à Tony Jacob, vice-président de la conception et de la construction chez Digital Realty, Laura Allwood, chef de projet formation chez Arcadis, James Ricks, directeur de projet associé chez Arcadis, et Olivier Dumoulin, directeur du développement chez Arcadis France, pour cette émission de 20 minutes, qui vaut la peine d’être écoutée.

Pour commencer, l’animateur a demandé à Alex comment, selon lui, la conception des datacenters a évolué depuis la création de Reid Brewin Architectes, il y a 15 ans. Il a expliqué: « La taille des datacenters a considérablement augmenté, tout comme les impacts environnementaux ».

« Pourtant, les datacenters d’aujourd’hui sont beaucoup plus efficaces que par le passé notamment parce que les opérateurs essaient de réduire les coûts de consommation d’énergie – et donc d’utiliser des méthodes de refroidissement et des équipements électriques plus efficaces. Par exemple, l’utilisation de l’eau a été réduite de façon spectaculaire, et – en raison des implications environnementales et politiques – nous devons être très vigilants par rapport à l’endroit où ils sont construits et de l’impact qu’ils pourraient avoir. »

En France, la plupart de ces structures sont alimentées par l’énergie nucléaire, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant qu’un « datacenter neutre en carbone » puisse devenir une véritable possibilité. Cela est dû en grande partie à l’importation d’équipements électriques – qui contiennent du carbone – depuis l’étranger, ainsi qu’aux matériaux de construction utilisés dans la structure elle-même.

Mais un datacenter peut-il être aussi esthétique qu’utile ? Nous le pensons certainement ! Il y en a même un situé à l’intérieur d’un bunker sous-marin désaffecté.

« Pour obtenir un permis de construire en France, il faut respecter les règles d’urbanisme et plaire au maire local », explique Alex. « Ils n’approuveront la construction que s’ils pensent qu’elle sera acceptée par la communauté locale – il faut donc qu’elle soit belle. Nous passons toute notre vie à essayer de rendre les datacenters beaux. »

Ce blog vous donne un aperçu de l’article, mais n’hésitez pas à prendre le temps d’écouter le court podcast, ici.